Passage à l’âge adulte : un moment difficile pour certains jeunes

Le passage à l'âge adulte difficile chez un jeune homme

Traditionnellement et légalement, on considère que l’on devient adulte à 18 ans, soit l’âge où l’on acquiert le droit de vote et que l’on devient un citoyen à part entière. C’est aussi une période, laquelle peut s’étendre jusqu’au milieu de la vingtaine, où les responsabilités augmentent, en nombre et en importance. Ce moment de transition vers la vie adulte apporte ainsi son lot de défis et de difficultés, lesquelles sont parfois difficiles à gérer. Ces difficultés peuvent aller jusqu’à entraîner de l’anxiété, dans quel cas il peut s’avérer plus que pertinent de consulter un psychologue certifié.

 

Le passage à l’âge adulte : une période de changements décisifs

La période entre 18 et 25 ans, que l’on associe au passage à l’âge adulte (lequel suit l’enfance et l’adolescence) est une période de grands changements. C’est généralement à ce moment que l’on quitte le foyer familial, que l’on poursuit des études postsecondaires, parfois dans une autre ville que celle où l’on a grandi, et/ou que l’on intègre officiellement le marché du travail. Pour certains, c’est aussi durant cette période qu’a lieu un premier engagement amoureux et relationnel sérieux, qui peut être accompagné de la première cohabitation avec un conjoint ou une conjointe. Ces changements, qu’ils arrivent seuls ou en combinaison viennent avec leurs lots de décisions à prendre et de nouvelles responsabilités ! La personne se doit donc d’acquérir de l’autonomie, ce qui se fait plus ou moins facilement selon les cas.

 

Une transition anxiogène

Pour la plupart, cette transition vers l’âge adulte se déroule généralement bien, même si de petits accrochages sont possibles, voire normaux (on n’est jamais à l’abri d’une mauvaise décision ponctuelle). Toutefois, certains jeunes adultes éprouvent plus de difficultés à assumer de nouvelles responsabilités, qui pour eux, peuvent même être une source d’anxiété. Bien que cela fasse partie du cours « normal » de la vie, tous n’ont pas atteint le même sens des responsabilités et le même niveau d’autonomie rendus à cet âge. La désorganisation et l’incapacité à gérer les responsabilités de la vie adulte peuvent même devenir la source d’un sentiment de vide, voire d’une grande détresse lorsque la situation semble sans issue. Ainsi, cela peut affecter la santé mentale d’une personne, qui pourra alors rechercher des ressources pour l’aider à jongler avec tous ces changements.

 

Quelques facteurs des difficultés d’adaptation à la vie adulte  

  • La surprotection parentale : Un jeune surprotégé a moins d’occasions de prendre des décisions ou de faire face à l’adversité (situations frustrantes, choix difficiles, etc.). Or, ces situations aident à développer de l’autonomie et à se préparer à affronter les défis de la vie adulte.
  • Un mode de vie hédoniste : Certains accordent une trop grande importance à la notion de plaisir, repoussant par le fait même les décisions importantes ou la prise de simples responsabilités.
  • Une peur ou un dégoût face au fait de prendre ses responsabilités : Il peut être attirant de demeurer dans une mentalité adolescente, une période où les décisions à prendre sont beaucoup moins grandes. Cet état d’esprit peut même mener à un certain déni face à ses responsabilités.

 

Un suivi psychologique pour mieux gérer ces changements

Une personne peut éprouver de grandes difficultés (désorganisation, déni, anxiété, attaques de panique, etc.) et ne pas sembler être en mesure de traverser sainement le passage à l’âge adulte. C’est généralement parce qu’elle n’a pas su développer les outils émotionnels, socioaffectifs et psychologiques nécessaires. Un suivi auprès d’un professionnel devrait alors être envisagé.

 

Le psychologue peut ainsi aider à fonder ou refonder les bases d’une autonomie incorrectement construite jusqu’alors. Par un accompagnement personnalisé, il peut aider le jeune adulte à prendre un temps d’arrêt pour réfléchir à sa manière de gérer les défis de sa nouvelle vie et à identifier ses manques en ce sens. Dès lors, le professionnel et le patient pourront, ensemble, développer des stratégies adaptées et les mettre en application !

 

Si vous vous reconnaissez dans cet article, ou que vous reconnaissez une personne de votre entourage, n’hésitez pas à nous contacter chez Clinique GO™. Nous saurons vous référer aux services de téléconsultation de l’un de nos psychologues dévoués !

 

Francis-Desjardins Approuvé par Francis Desjardins
Président et physiothérapeute depuis 1994.
Francis Dejardins