Pas banal, le TOC du ménage

Une femme avec un TOC

Durant le premier confinement, et même après, nombreux sont ceux et celles qui ont entrepris le grand ménage de leur habitation et qui se sont assurés que celle-ci demeure propre et en ordre. C’était là une bonne façon de passer son temps, d’aménager un espace intérieur plus habité que jamais et de gérer les anxiétés de ce nouveau quotidien. Si, pour plusieurs, cette nouvelle passion pour le ménage fut passagère, pour certaines personnes, il s’agit du trouble obsessionnel compulsif (TOC). Ce dernier, lorsqu’il n’est pas contrôlé, peut par ailleurs devenir problématique et augmenter le niveau d’anxiété de la personne qui en est atteinte.

 

Qu’est-ce qu’un TOC ?

L’acronyme TOC, que l’on utilise couramment dans la langue de tous les jours désigne, à la base, le trouble obsessionnel compulsif, un trouble mental qui peut avoir un impact négatif sur la vie quotidienne. Toutefois, on utilise souvent le mot TOC pour désigner les petites obsessions compulsives que nous avons tous, à des degrés et des niveaux plus ou moins élevés. C’est là un réflexe normal que le cerveau développe afin de se rassurer. Ces « TOC », qui peuvent prendre diverses formes (vérifier plus d’une fois que l’on a bien barré la porte en partant ou que la cuisinière est éteinte, ne pouvoir dormir que dans des draps parfaitement tirés, etc.) procurent ainsi une sensation de contrôle sur son environnement. C’est ainsi que certains développent une obsession pour le ménage et l’ordre : tout doit toujours être propre et à sa place.

 

À quel moment le TOC du ménage devient-il problématique ?

Tant qu’il est modéré et contrôlé et qu’il aide à faire diminuer le niveau d’anxiété plutôt que de l’accroître, une légère obsession pour le ménage n’est pas problématique ; elle peut toutefois le devenir si cela se transforme en véritable trouble obsessionnel compulsif. Ce dernier se détecte essentiellement à deux critères :

  • Le temps accordé à l’objet de l’obsession : Si le ménage et le rangement prennent de plus en plus de place dans la vie quotidienne (une heure et plus chaque jour), au point de perturber les autres activités, cela peut dénoter d’un problème de contrôle.
  • L’anxiété que cela entraîne : À un certain point, une obsession compulsive peut être source d’anxiété. Dans ce cas-ci, la personne peut avoir l’impression qu’elle n’arrive jamais à tout maintenir propre et en ordre, causant ainsi un stress supplémentaire et une impression de perte de contrôle. À terme, cela peut dénoter ou entraîner une désorganisation complète, affectant les activités quotidiennes, voire les interactions sociales.

 

TOC de ménage : il faut demeurer vigilant aux signes d’obsession

Il est à noter qu’un réel TOC de ménage (prenant trop de place et amenant de l’anxiété) ne se développe pas du jour au lendemain. Il se manifeste d’abord par un intérêt marqué pour le ménage et l’ordre qui prend tranquillement la forme de petites obsessions. Il est important de demeurer vigilant face à l’augmentation de ses obsessions (en nombre, en fréquence et en intensité), lesquelles peuvent dénoter des problèmes d’anxiété plus profonds ou mener à un réel TOC. Il ne faut pas négliger les conséquences qui lui sont associées (désorganisation, stress, sentiment de détresse, désadaptation sociale et professionnelle). Lorsque de tels signes se manifestent, il peut être utile de consulter un professionnel en psychologie. Au fil d’une thérapie adaptée aux problèmes identifiés, vous pourrez, ensemble trouver des stratégies afin de gérer vos obsessions et de contrôler votre anxiété.

 

Un suivi psychologique pour gérer son obsession du ménage

Ainsi, si vous croyez que le ménage et l’obsession de l’ordre et de la propreté prennent trop de place dans votre vie ou celle d’un proche, ou que vous avez du mal à gérer votre anxiété, n’hésitez pas à recourir au service de l’équipe de psychologues reconnus de la Clinique Go. L’un d’eux pourra vous suivre en téléconsultation, afin de vous aider à reprendre un contrôle sain sur votre quotidien et votre espace intérieur !

 

Francis-Desjardins Approuvé par Francis Desjardins
Président et physiothérapeute depuis 1994.
Francis Dejardins