Le célibataire heureux 

Une femme célibataire heureuse

Disons-le haut et fort : il est temps de faire la promotion du célibat. Les célibataires n’ont pas à avoir honte de ne pas être en couple !

 

Les personnes qui choisissent de vivre seules subissent souvent une pression de la part de leurs proches ou encore des jugements venant de leur entourage. Or, il est tout à fait possible d’être plus heureux lorsqu’on est célibataire. Au Canada, le nombre de personnes vivant seules a plus que doublé en 35 ans. Ils étaient 1,7 million au début des années 80, alors qu’en 2016 on en comptait 4 millions. Il est grand temps de revoir l’image qu’on se fait du bonheur et d’accepter en tant que société moderne que le bonheur en solo, c’est tout aussi bien que la vie en couple.

 

Puisque nos psychologues rencontrent souvent des personnes célibataires qui sont confrontées dans leur choix de vie, et qui se remettent alors elles-mêmes en question, nous avons choisi de préparer cet article.

 

Une image à défaire

Médias, publicités, sites de rencontre… Partout autour de nous, on fait la promotion de la vie à deux et du couple qui veut fonder une famille. La vie à deux demeure la règle sociale. Ça demeure, pour de nombreuses personnes, l’un des signes d’une vie réussie. De plus, il va sans dire que presque tout est conçu pour les couples. Il est en effet beaucoup plus facile d’accéder à la propriété, ou encore d’aller en voyage lorsqu’on est deux.

 

De plus, pour de nombreuses personnes, vivre le grand amour et bâtir une relation solide, voire une famille, c’est la grande aventure de la vie, l’objectif auquel on devrait tous aspirer. De plus, pendant longtemps, les femmes se définissaient par rapport à leur mari et à la mère de famille qu’elles devenaient. De nos jours, ce n’est plus du tout le cas alors que la majorité des femmes aspirent à une vie professionnelle et sociale épanouie.

 

Bref, le couple ne doit plus être une finalité pour tous. Cette image vient en effet d’un conditionnement social qui n’a plus sa place de nos jours.

 

La vie en solo : bénéfique à plusieurs égards

À cause de la société individualiste dans laquelle nous vivons, le désir d’autodétermination est très présent chez beaucoup de personnes. On veut être soi-même, définir ses propres goûts et désirs, choisir soi-même le cours que suivra la vie. Tout ça, on ne veut plus le faire en fonction d’une autre personne. En ce sens, beaucoup d’individus constatent, avec le temps qui passe et après certaines expériences en relation de couple, qu’ils sont plus heureux seuls. Ils ont plus confiance en eux-mêmes, plus de motivation au quotidien et plus de détermination.

 

Des études ont également démontré que, dans certains cas, les couples ont tendance à former une sorte de bulle hermétique. Puisqu’ils sont là l’un pour l’autre et qu’ils comptent énormément sur le soutien que procure le couple, ils ont moins besoin des autres et ont donc moins tendance à aller vers ces derniers. Les célibataires sont davantage portés vers les autres et sont souvent plus proches de leur famille et de leurs amis. Ils ont une vie sociale qui est plus riche. De plus, les célibataires cherchent des domaines de réalisation de soi qui sont en dehors du couple, par exemple dans leur vie professionnelle, dans les sports, sur le plan créatif ou encore en s’impliquant dans leur communauté. Ils se concentrent en quelque sorte sur leur personne et cherchent à devenir une meilleure version d’eux-mêmes.

 

Le soutien du psychologue pour mieux s’accepter

Malgré les bénéfices concrets qu’ils peuvent en retirer et malgré un niveau de bonheur accru lorsqu’ils sont seuls, les célibataires sont évidemment confrontés au regard de leurs proches et à la pression sociale. En ce sens, certains ont de la difficulté à comprendre et à accepter leur désir d’être seul. Dans de tels cas, le soutien d’un psychologue peut s’avérer très pertinent. Le professionnel peut aider à défaire les idées préconçues au niveau du célibat et pousser son client vers une meilleure acceptation de sa situation, de même que l’aider à faire face à la pression sociale.

 

En cas de besoin, demandez une consultation en ligne en psychologie avec l’équipe de Clinique GO™. Vous rencontrerez un thérapeute membre de l’Ordre des psychologues du Québec, qui saura vous offrir un accompagnement personnalisé.

 

Francis-Desjardins Approuvé par Francis Desjardins
Président et physiothérapeute depuis 1994.
Francis Dejardins