Grandir avec un parent qui a une maladie mentale

Sa mère a une maladie mentale

Avoir un proche qui souffre d’une maladie mentale, ce n’est pas toujours une situation facile. Lorsque cette personne est notre père ou notre mère, ça devient d’autant plus complexe, puisqu’il faut jongler avec la relation d’autorité parent-enfant ainsi qu’avec les défis posés par la maladie du parent. Un jeune qui est dans cette situation doit savoir bien s’entourer et mettre des stratégies en place afin de maintenir une bonne relation avec son père ou sa mère, mais aussi pour préserver sa propre santé. Nos psychologues vous présentent donc quelques conseils destinés aux jeunes qui grandissent avec un parent qui a une maladie mentale.

 

La maladie mentale : une réalité particulière

La maladie mentale, lorsqu’elle est vécue par un parent, affecte directement la vie de son enfant. Dans la majorité des cas, ce dernier commence à percevoir les subtilités du problème de santé mentale de son parent dès l’adolescence. Pour un enfant, il est facile de se sentir démuni face à la situation familiale et de vivre toute une gamme d’émotions, comme de l’anxiété, de la colère, de la honte… On peut se sentir seul et ne savoir pas vers quelle aide se tourner. De plus, en vieillissant, il est possible que l’enfant développe de meilleures capacités cognitives que son parent et qu’il se rende compte qu’il est plus apte à prendre des décisions importantes que lui.

 

Bien que cette réalité soit difficile à vivre, il est possible d’y faire face. C’est pourquoi nos psychologues, qui offrent des services de consultation en ligne en psychologie, souhaitaient présenter quelques conseils généraux.

 

Conseil #1 : S’informer sur la maladie mentale

Il est avant tout important de se renseigner sur la maladie mentale de votre parent. En effet, cela permet de mieux comprendre sa réalité, ses émotions, ses choix, etc. Vous serez ainsi mieux préparé, et plus en confiance pour faire face aux aléas du quotidien. Recherchez de l’information un peu partout : livres, capsules vidéo sur le web, conférences, etc. De plus, de nombreux groupes de soutien existent pour les proches de personnes qui ont une maladie mentale.

 

Conseil #2 : S’exprimer librement à des personnes de confiance

Il est essentiel de vous entourer de proches de confiance, qui peuvent vous soutenir. Ce soutien passe bien sûr par une écoute attentive. Il est important que vous puissiez vous exprimer librement à un proche ou à plusieurs d’entre eux. Il est tout à fait normal que vous viviez des émotions difficiles, mais il faut absolument éviter de vous isoler avec celles-ci. Pour certaines personnes, le support d’un psychologue peut s’avérer pertinent, pour profiter de l’écoute et des conseils d’une personne extérieure à la vie familiale.

 

Conseils #3 : Prendre soin de vous

Si vous cherchez à être présent pour votre proche, assurez-vous de ne pas vous mettre trop de pression et de ne pas vous oublier vous-même. Prendre soin de soi, ça inclut, entre autres, s’alimenter convenablement, dormir suffisamment, et faire régulièrement de l’activité physique. C’est très important pour maintenir une bonne santé physique, mais aussi une bonne santé mentale. Dans le cas de cette dernière, il ne faut surtout pas hésiter à s’adresser à un professionnel si on vit des émotions ou une situation qui nous semble impossible à surmonter.

 

Conseil #4 : Aller chercher l’aide d’un professionnel

Les professionnels en santé mentale sont là pour offrir un soutien à une clientèle variée. Les proches des personnes qui composent avec un problème de santé mentale peuvent grandement profiter de leurs conseils pour naviguer à travers la situation parentale difficile.

 

Un psychologue pourra notamment vous aider à respecter vos propres limites ainsi qu’à mieux identifier et vivre avec les émotions difficiles. De plus, ses conseils peuvent vous aider à mieux aborder les problèmes familiaux, une étape à la fois. Le psychologue peut également diriger son client vers des ressources pertinentes ou des groupes d’aide qui lui permettront de rencontrer des personnes qui vivent une situation semblable à la sienne. Bref, l’intervention du psychologue vise à permettre à la personne de mieux composer avec sa réalité familiale, qui va demeurer un défi pour toute la vie.

 

Francis-Desjardins Approuvé par Francis Desjardins
Président et physiothérapeute depuis 1994.
Francis Dejardins