Dormir avec son enfant : une fausse bonne idée

Dormir avec son enfant : une fausse bonne idée

Cauchemars à répétition, anxiété, parent surprotecteur… Il y a plusieurs raisons qui peuvent pousser les parents et leur enfant à dormir ensemble. On estime même que le cododo, soit le fait de dormir dans la même chambre, serait bénéfique dans les premières semaines ou les premiers mois de la vie d’un bébé, pour le sécuriser et pour favoriser l’allaitement. Néanmoins, cette habitude peut rapidement s’ancrer et durer jusqu’à ce que l’enfant ne soit plus un bambin, qu’il atteigne l’âge préscolaire ou même au-delà.

Nos psychologues ont souhaité préparer cet article, puisqu’ils rencontrent souvent des parents qui se demandent si dormir avec leur enfant est une mauvaise habitude, ou bien lorsqu’ils veulent y mettre un terme.

Une bonne solution… à court terme

Il est courant que les bambins et les enfants, à un jeune âge, aient peur lorsque vient le temps de s’endormir seuls dans leur chambre. Ces craintes peuvent parfois donner lieu à des crises qui, disons-le, peuvent sérieusement perturber le sommeil de toute la maisonnée, surtout lorsqu’elles sont fréquentes. Faire sauter l’enfant dans le lit conjugal paraît comme une bonne solution en pleine nuit, alors qu’on est à moitié endormi et qu’on souhaite rapidement retomber dans les bras de Morphée.

Bien qu’il puisse s’agir d’une solution bénéfique à court terme pour faire cesser les crises, il faut faire attention à la façon dont la situation peut se transformer à moyen ou long terme. En effet, il ne faudrait pas que cela nuise à l’autonomie de sommeil de l’enfant, soit sa capacité à s’endormir seul. C’est un aspect qui peut sembler anodin, mais qui est très important pour l’autonomie générale d’un enfant.

Une menace pour l’intimité du couple ou du parent

Lorsque le « cododo » s’installe dans le lit conjugal et qu’il devient difficile de faire dormir l’enfant dans sa propre chambre, cela peut devenir problématique pour la vie du couple et pour son intimité.

Premièrement, il est assez courant que le désir de faire dormir l’enfant dans le lit conjugal soit plus fort chez l’un des deux membres du couple. L’autre peut alors se sentir brimé ou non pris en considération, ce qui peut être à l’origine de tension. C’est comme si on créait un problème dans le couple en voulant régler celui lié au sommeil de l’enfant. Ensuite, pour des raisons évidentes, la présence de l’enfant nuit inévitablement à l’intimité. Le rôle de parent ne doit pas remplacer le rôle qu’on a au sein du couple et il faut à tout prix préserver l’intimité et les rapports sexuels, qui sont importants pour la santé du couple.

Posez-vous la question : pourquoi est-ce que je permets à mon enfant de dormir dans mon lit ?

Nos psychologues conseillent toujours aux parents de se poser cette question, à tête reposée. Plusieurs raisons peuvent en effet se cacher derrière cette habitude ; il faut donc mettre le doigt sur celle qui concerne notre situation familiale. Cela peut venir de l’enfant (cauchemars, anxiété de séparation, anxiété liée à un déménagement, une séparation, etc.), mais dans certains cas, ce besoin vient du parent (parent monoparental qui ne veut pas dormir seul, parent surprotecteur, etc.).

De plus, il est pertinent de se questionner sur le message qu’on envoie à notre enfant lorsqu’on lui permet de dormir avec nous. Sans la vouloir, on pourrait le conforter dans ses peurs, c’est-à-dire que lui permettre de dormir avec nous, c’est l’équivalent de lui dire qu’il a raison d’avoir peur.

Le psychologue : outiller les parents devant cette problématique

Si vous faites face à une situation problématique de cododo, une consultation en psychologie peut être des plus pertinentes. Tout d’abord, le thérapeute peut vous aider à préciser la cause sous-jacente à cette habitude. De plus, des conseils personnalisés et des techniques peuvent être proposés pour y remédier, de façon graduelle et saine. Ultimement, les conseils du psychologue devraient permettre à l’enfant de dormir seul dans son lit et de trouver son autonomie de sommeil, tout en préservant l’intimité au sein du couple.

Francis-Desjardins Approuvé par Francis Desjardins
Président et physiothérapeute depuis 1994.
Francis Dejardins