Chicane de famille : des conseils pour les aborder

Une chicane de famille entre un père et son fils

Toutes les familles vivent des conflits, que ce soit entre parents et enfants, entre frères et sœurs, etc. Les sources de chicane de famille sont en effet nombreuses, mais certaines ressortent parmi les plus courantes : les questions financières, la politique, l’éducation des enfants et des plus jeunes… Parfois, les membres d’une même famille, malgré une éducation semblable, ont simplement des façons différentes de voir la vie. Bien qu’ils soient tout à fait normaux, les conflits peuvent devenir difficiles à vivre lorsqu’ils perdurent et qu’ils creusent un fossé entre les personnes qui sont concernées. Il devient alors difficile de demeurer neutre, car on est pris dans un engrenage et qu’on peine à prendre du recul.

 

Lorsqu’on fait face à un conflit familial, il faut mettre les bonnes stratégies en place afin de faire face à celui-ci et de favoriser le maintien de relations favorables au sein de la famille. Nos psychologues vous présentent donc 3 conseils utiles, à mettre en pratique pour aborder les conflits familiaux.

 

Comment faire face à une chicane de famille ?

 

  • Laisser la poussière retomber

C’est un conseil en or, qu’il faut toujours respecter en cas de conflit. Face à la colère et aux émotions négatives, on a tendance à se laisser emporter. On risque alors de poser des gestes regrettables ou de dire des paroles qui dépassent nos pensées. Il faut donc accepter que tous les conflits ne se règlent pas instantanément et prendre un certain recul face à la situation.

 

Nos psychologues conseillent de revenir vers la (les) personne(s) avec qui on est en conflit, mais seulement lorsqu’on a réussi à mettre la colère et les émotions négatives de côté. Il est alors plus facile d’échanger calmement, d’écouter l’autre et d’avoir de la compassion pour ses sentiments.

 

  • Prendre conscience de la situation

Prendre du recul permet aussi de dresser un meilleur portrait du conflit et de la situation qui est vécue par les parties impliquées. On peut alors se questionner au sujet de nos propres émotions, mais aussi à savoir si on comprend bien les émotions de l’autre. Demandez-vous si vous avez bien communiqué votre point de vue de la situation, les effets qu’elle a sur vous et les émotions qu’elle provoque.

 

De plus, on a parfois tendance à vouloir mettre de côté le conflit et à ignorer la colère ou la tristesse qu’on ressent. Or, on oublie alors que c’est un travail à temps plein d’entretenir des émotions négatives face à une personne. C’est une charge émotionnelle constante, et il est important de prendre conscience de l’énergie négative que ça cause dans notre quotidien.

En d’autres mots, pour bien comprendre la personne avec qui on est en conflit et, dans certains cas, pour que la résolution de ce dernier ou pour que le pardon soit possible, il faut avant toute chose bien comprendre nos propres sentiments.

 

  • Aller chercher un regard extérieur sur la chicane de famille

Finalement, lorsqu’un conflit perdure, qu’on se sent démuni face à la situation et qu’on ne voit plus d’issue, il peut être pertinent de consulter un psychologue. En effet, le psychologue n’est pas là qu’en cas de problème de santé mentale, il peut aussi être un bon soutien en cas de conflit interpersonnel.

 

La consultation avec un psychologue peut permettre de prendre un pas de recul pour mieux saisir les enjeux et ainsi mieux se positionner. En quelques séances, on peut revenir avec un nouvel œil sur la situation. C’est en effet une aide précieuse, comme un coup de pouce pour réussir à sortir de la spirale négative engendrée par le conflit. Parfois, on devient trop proche de la mésentente et on n’arrive plus à voir le positif ou à trouver des pistes de solution. C’est là que la consultation en psychologie s’avère des plus pertinentes.

 

En cas de besoin, sachez que Clinique GO™ offre des services de consultation en ligne en psychologie, qui s’inscrivent parfaitement dans la prise en charge d’une chicane de famille ou d’un autre type de conflit.

 

Francis-Desjardins Approuvé par Francis Desjardins
Président et physiothérapeute depuis 1994.
Francis Dejardins