Attaques de panique : savoir les reconnaître et les gérer

Une femme vit des attaques de panique

Avez-vous déjà ressenti une angoisse démesurée par rapport à une situation, un sentiment d’étouffement ou une impression de perdre le contrôle ? Il s’agissait peut-être d’une attaque de panique, qu’on désigne aussi sous les noms de crise d’angoisse, crise de panique ou trouble panique.

 

Peu importe le nom qu’on leur donne, les attaques de panique doivent être prises au sérieux, surtout lorsqu’il ne s’agit pas d’évènements isolés. Il est possible de contrôler ces crises, leurs effets et les conséquences qui en découlent, notamment en consultant un professionnel de la santé psychologique et mentale : le psychologue.

 

Attaque, crise ou trouble panique ?

Les attaques de panique représentent des épisodes distincts, que nous décrirons en détail ci-dessous. On estime que jusqu’à 40 % des personnes subissent une attaque de panique à un moment ou l’autre de leur vie. Or, une attaque de panique ne découle pas nécessairement vers le développement du trouble panique. Celui-ci désigne plutôt une situation lors de laquelle une personne, à cause d’attaques répétées, va éviter des situations à cause de la peur de vivre une nouvelle crise. On dénote alors un évitement de certaines situations, notamment dans un contexte social.

 

Reconnaître les attaques de panique

Voici des éléments qui définissent une attaque de panique et qui permettent de l’identifier :

  • Provoque un sentiment d’angoisse : soudain et brutal ;
  • Accompagnée de symptômes physiques : palpitations cardiaques, symptômes respiratoires (étouffement ou essoufflement), nausées, vomissement ou douleurs d’estomac, vertiges et étourdissements, etc.
  • Et de symptômes émotionnels : peur et angoisse intense, craintes démesurées, sentiment de détachement (dépersonnalisation), sentiment de perdre le contrôle ou de devenir fou.
  • Relativement brève : une attaque peut durer quelques secondes à quelques minutes, mais jamais plus d’une demi-heure. Un sentiment d’anxiété peut toutefois persister.
  • Craintes de récidives : les attaques de panique peuvent entraîner une crainte qu’elles se reproduisent. Cela peut pousser jusqu’à l’évitement de situations (trouble panique).

 

Quand consulter pour les attaques de panique ?

Il se peut qu’une personne vive une attaque de panique, mais qu’il s’agisse d’un évènement isolé et dû à une situation particulièrement intense et stressante (drame personnel, pression professionnelle, etc.). Or, c’est lorsque les attaques deviennent plus récurrentes qu’il y a lieu de s’inquiéter. En effet, comme nous l’avons mentionné, une personne peut aller jusqu’à éviter des situations sociales qui lui causent du stress, voire à s’isoler à cause de la crainte de vivre une nouvelle crise. Pour cette raison, un réel trouble panique peut avoir de graves conséquences sur la vie d’une personne. Il est alors primordial de savoir contrôler le trouble, un contrôle qu’on peut développer en consultant en psychologie.

 

La pertinence de l’intervention du psychologue

Il est important de mentionner que la situation actuelle avec la pandémie a pu agir comme catalyseur ou amplificateur de l’anxiété déjà présente chez certains individus. En ce sens, il est possible que certains d’entre eux aient fait face à des attaques de panique et soient pris au dépourvu.

 

Un psychologue peut accompagner une personne qui est confrontée à ce type de problématique, notamment en effectuant un travail de désensibilisation progressive face aux situations qui provoquent les attaques. De plus, le travail d’introspection dans lequel le thérapeute accompagne son client peut s’avérer des plus pertinents pour comprendre les déclencheurs des attaques ainsi que les enjeux qui se cachent derrière les crises ou le trouble panique. Consulter un psychologue représente donc une opportunité de croissance personnelle. La personne qui consulte peut apprendre à mieux composer avec son anxiété, à développer de nouveaux repères et à contrôler son trouble grâce à plusieurs stratégies.

 

Nos psychologues sont là pour aider toutes les personnes qui sont aux prises avec les effets des attaques de panique, qu’elles aient été déjà fragilisées par leur situation personnelle avant que la pandémie éclate ou non. N’hésitez pas à consulter un psychologue qui se déplace dans le grand Montréal ou qui offre ses services psychologiques via la téléconsultation.

Francis-Desjardins Approuvé par Francis Desjardins
Président et physiothérapeute depuis 1994.
Francis Dejardins