Faire appel à un inhalothérapeute pour cesser de fumer

Un inhalothérapeute peut apporter une aide précieuse pour la cessation tabagique

Depuis le 19 juillet 2018, les inhalothérapeutes peuvent être habiletés afin de prescrire des médicaments pour la cessation tabagique. Cette nouvelle activité pour les inhalothérapeutes s’inscrit parmi les interventions que font ces professionnels pour évaluer et favoriser la santé cardiorespiratoire de leurs clients.

 

Ainsi, les inhalothérapeutes de Clinique GO™ peuvent intervenir auprès de leurs clients pour les aider à enclencher ce processus parfois ardu qu’est la cessation tabagique. Dans ce qui suit, nous vous renseignons sur ce service.

 

La pertinence de l’intervention de l’inhalothérapeute

Dans le système de santé québécois, les inhalothérapeutes sont les professionnels qui contribuent à l’évaluation cardiorespiratoire à des fins de diagnostic ou de suivi thérapeutique. De plus, ils sont présents lors des anesthésies générales afin d’assurer le suivi des fonctions cardiorespiratoire d’un patient au cours de l’intervention nécessitant une anesthésie. Les inhalothérapeutes peuvent également participer au traitement des conditions qui affectent les capacités cardiorespiratoires.

 

Bien entendu, le tabagisme est le principal facteur de risque de nombreux problèmes de santé, notamment les cancers, les maladies cardiovasculaires et les maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC). À cause des nombreuses substances addictives contenues dans le tabac et à cause des symptômes de sevrage causés par la cessation tabagique, il peut être très difficile pour un fumeur de mettre de côté cette mauvaise habitude. Bien souvent, plusieurs tentatives de cessation sont nécessaires pour qu’une personne cesse complètement de fumer.

 

Or, il a été prouvé que lorsque la cessation tabagique est abordée par un professionnel de la santé, cela encourage la personne à amorcer un processus de cessation. Une corrélation entre la durée de l’intervention, lors de laquelle le professionnel parle avec son client de cessation, et le taux de renoncement chez cette personne a été mis en lumière. Selon des données publiées sur le site de l’Ordre des inhalothérapeutes du Québec (OPIQ), une intervention minimale de moins de 3 minutes par un professionnel de la santé entraine un taux de renoncement de 13,4 %, ce qui veut dire que 13,4 % des personnes vont réellement renoncer à fumer. Lorsque l’intervention du professionnel est complète et dure plus de 10 minutes, le taux de renoncement grimpe à 22,1 %.

 

Le déroulement d’une intervention de cessation tabagique

Pour pouvoir intervenir à des fins de cessation tabagique, un inhalothérapeute doit d’abord avoir complété une formation de 2 heures, laquelle est offerte par l’OPIQ. Par la suite, quelques étapes sont à respecter pour que le professionnel puisse bien prendre connaissance de la situation de son client et pour qu’il puisse le diriger vers les bonnes ressources.

  1. L’évaluation de la condition cardiorespiratoire : pour pouvoir conseiller un client pour la cessation tabagique, l’inhalothérapeute doit bien comprendre sa situation. Il doit donc d’abord procéder à une évaluation de la condition cardiorespiratoire, qui comprend l’évaluation de facteurs comme l’environnement du patient, son passé et son présent médical, les antécédents familiaux, les médicaments et autres substances consommés, ses allergies et intolérances, etc.
  2. Évaluation du profil tabagique : le professionnel cherche ensuite à dresser l’historique tabagique du client, de même qu’à évaluer sa dépendance à la nicotine.
  3. Conseils au client : à cette étape, le professionnel connait bien la motivation d’une personne à cesser de fumer, de même que son profil. Il pourra alors la diriger vers les ressources appropriées, que ce soit la prescription de thérapies de remplacement de la nicotine (timbres, gommes à mâcher, inhalateurs, etc.) ou de médicaments d’ordonnance non nicotiniques. L’inhalothérapeute peut également diriger son client vers des ressources externes qui lui offriront du soutien lors de son processus de cessation.
  4. Suivi : Afin d’encadrer son client, l’inhalothérapeute assure le suivi du processus de cessation tabagique et peut alors ajuster la thérapie et continuer d’encourager son client vers la bonne voie.

 

Comme vous l’aurez constaté, il est plus que pertinent de faire appel à un inhalothérapeute lorsqu’on désire cesser de fumer. Cela permet non seulement de bien comprendre son profil tabagique et de mettre en lumière les effets sur la santé physique et psychologique qui sont causés par le tabagisme. De plus, l’inhalothérapeute est habileté pour diriger un client vers les ressources qui sont parfaitement adaptées à son profil et aux symptômes de sevrage auxquels il fait face.

 

Pour obtenir plus d’informations sur ce service ou pour prévoir un rendez-vous avec notre équipe mobile d’inhalothérapeutes, nous vous invitons à nous contacter dès maintenant !