La dyspraxie

Le cheminement développemental de vote enfant est long jusqu’à ce qu’il mène à son plein épanouissement. En effet, ce n’est pas sans embuche qu’il deviendra un adulte autonome. Toutefois, certains enfants rencontreront des obstacles plus importants que d’autres en ce qui a trait à leur développement.

 

Votre enfant semble avoir de la difficulté à s’orienter dans l’espace ? Il semble maladroit et malhabile ? Il a de la difficulté à découper ses aliments ? Il a une calligraphie grossière pour un enfant de son âge ? Il a de la difficulté à s’habiller tout seul alors que ses camarades le font sans problème ? Si vous avez répondu oui à une des ces questions, il peut s’agir d’un signe que votre enfant souffre de dyspraxie, un trouble neurologique aussi appelé « Trouble de le l’acquisition de la coordination ».

 

Apprenons-en plus sur ce trouble du développement et sur les façons dont il se manifeste dans les petits gestes du quotidien.

 

Qu’est-ce qui cause la dyspraxie ?

Encore à ce jour, les causes exactes de ce trouble ne sont pas bien connues. On sait toutefois qu’il s’agit d’une dysfonction qui touche la partie du cerveau responsable de la planification des séquences de geste lorsqu’on cherche à accomplir une tâche ou un mouvement particulier. Il affecte leur exécution autant au niveau du contrôle des gestes qu’en ce qui a trait à leur planification et à leur coordination.
Ainsi, au même titre qu’en enfant dyslexique aura de la difficulté avec les lettres de l’alphabet, avec leur la lecture et l’écriture, l’enfant dyspraxique aura de la difficulté à concevoir et à exécuter une suite de mouvement dans un but précis.

 

Comment se manifeste la dyspraxie ?

La dyspraxie peut se manifester de plusieurs façons dans le quotidien des enfants qui en sont atteints. Toutefois, on ne peut pas parler de « symptômes », car la dyspraxie ne se manifeste pas par des effets sur la santé de l’enfant. De plus, on parle souvent de ce trouble comme d’un « handicap fantôme » puisque ses manifestations sont parfois légères, aussi bien que les parents ou les enseignants de l’enfant dyspraxique croient qu’il est paresseux ou qu’il n’a pas assez de bonne volonté.

 

Voici les façons dont la dyspraxie peut se manifester :

  • L’enfant a de la difficulté à s’habiller seul, à manger, à lacer ses souliers, à s’essuyer lorsqu’il est aux toilettes ;
  • Il semble maladroit, il brise tout, il se salit facilement ;
  • Il a de la difficulté à reproduire certains mouvements, notamment frapper dans un ballon, attraper une balle ;
  • Il a de la difficulté à écrire, à découper. Sa calligraphie est grossière et ses dessins semblent avoir été faits par un plus jeune enfant ;
  • Il a de la difficulté à exécuter des tâches simples comme faire son lit ou préparer son sac à dos pour l’école ;
  • Dans certains cas, il peut avoir des problèmes d’élocution.

 

Il ne s’agit ici que d’un échantillon des manifestations que peut avoir la dyspraxie. Il est important de comprendre que celles-ci varient d’un enfant à l’autre. Souvent, un enfant dyspraxique prétendra qu’il n’aime pas une activité qu’il a de la difficulté à faire, par exemple il pourra dire à ses parents qu’il ne veut pas aller jouer au ballon avec son petit voisin, car il ne veut pas être confronté à nouveau à des difficultés.

 

Il est important de garder en tête les façons dont la dyspraxie se manifeste afin d’aller chercher de l’aide rapidement si on remarque une ou plusieurs difficultés chez son enfant.

 

Quand faut-il intervenir ?

Les effets de la dyspraxie peuvent être atténués si l’enfant est pris en charge rapidement. L’ergothérapeute est le professionnel à rencontrer en cas de doute. Il pourra évaluer l’enfant, mais la responsabilité du diagnostic final de dyspraxie revient à un médecin.
La prise en charge de la réadaptation reviendra toutefois à un ergothérapeute, qui pourra être accompagné d’un orthophoniste, d’un psychoéducateur et d’un psychologue en cas de besoin. Ces professionnels pourront outiller l’enfant afin de l’aider à vaincre ses difficultés. On pourra par exemple lui fournir des supports ergonomiques pour l’aider en classe, on pourra lui faire faire des exercices pour améliorer sa motricité et sa dextérité, etc. La prise en charge varie évidemment d’un cas à l’autre, mais un point commun relie tous les enfants dyspraxiques : plus ils obtiennent du soutien rapidement, plus ils ont de chance de s’épanouir au même titre que les autres enfants.

 

Comment Clinique GO™ peut nous aider mon enfant et moi ?

L’équipe de Clinique GO™ est composée d’une foule de professionnels qui pourront aider votre enfant dans son cheminement grâce au volet GO Pédiatrie. De plus, vous obtenez un rendez-vous rapidement et notre équipe multidisciplinaire se déplace au lieu qui vous convient pour faciliter le déroulement des rendez-vous. N’attendez pas pour faire appel à nos services, ce sera la meilleure décision que vous pourrez prendre pour l’épanouissement de votre enfant !

Francis-Desjardins Approuvé par Francis Desjardins
Président et physiothérapeute depuis 1994.
Francis Dejardins